Poème 'Le petit garçon de Loumoubaba' de leutcha

Accueil > Les membres > Page de poésie de leutcha > Le petit garçon de Loumoubaba

Le petit garçon de Loumoubaba

leutcha

Comme un caneton dans un torrent
un petit garçon à l’Avenue des Banques
allait tout seul piétinant des ronds de lune
il est l’onde d’une nuit de larmes
son petit cœur est une aube de cris
sa poitrine bout sous une tonne de peines
il nage dans une vallée de pleurs sans rancœur
au Rond-point de la Mairie et de la Préfecture
un jeune abonné de la rue
braque sur lui ses yeux de vampire
et comme un tartare
fonce sur lui
lui flanque une gifle retentissante
et prend la poudre d’escampette
furieux le petit garçon se jette à ses trousses
comme dans un rut d’anacondas
ils s’empoignent et deviennent un régime
de corps oblongs sur le macadam
sur le dos sur le ventre ils roulent
se redressent le regard incendié
par la flamme de vaincre et de dominer
du ciel où des étoiles battent des paupières
coule une splendeur étincelante

-Péquoi qué tou mé cogné moi
- cé qué toi tou è in rien de femme
in om avequé in banguéla
sa ni pleur pas
- in om ! in om ! qué in om héin
in om è ben in fils à larmes
- brin de femme va’a ! zé dis toi qué
in om com il faut in om
sa bande cé deux fers mon pote
é zé bat pour zon pain
nos papés izi là ni zon plus des papés
cé zon de chauds coqs avéqué le zang de chien
lé nuit zil grimpe zur lér bèl poules
é laisse tombé lé zau dé lé plaizir
cé tou ! lé zeufs lé kouvées lé pouzins
cé plus lér zoignons mon pote
lé papés izi il piss é il z’en fout
- hé ! gars moi pas un cœur de roc
zé zui né moi là-bas à Loumoubaba
mon pér é le riche om d’affères
là au Grand Marché de Maroua-là
lui i né là qué lé nuit mon pote
apré qué ma mér é rentré chez lé morts
mon papé a pris ine zolie petite nana
zaque zour zaque zemaine zaque mois
lé zassiettes é lé marmites cé moi qué lave
lé zabits de papé lé robes de lé nana
cé moi qué lave tout é répasse
lé bois cé moi qué achète é casse
aller au marché cé moi
nettoyer lé kour cé moi
cuisiner à midi é lé soir cé moi
laver lé salon é lé chambres cé encor moi
zi zé brise in ver cé le fouet
zi zé tombe avequé lé pot d’eau
cé deux zours d’estomac vide
dix zours partis quatre mauvais mecs
mé tabassé moi tabassé moi
é arraché l’arzent dé marché
é lé zolie nana a jeté moi lé rue

Vois-moi gars ! zé zui com in zidéen
- pas dé ploblem mon gars
tou é méténant lé zitoyen dé lé rue
- lé rue moi koucher dans lé rue
hé ! pas moi ooh ! lé gars dé lé rue
on voit eux à Douggoï
on voit eux à Djarengol
zinq mille dix mille
lé sébile à la main pour quémander
lé pieds écaillés com lé dos dé lé croco
lé corps qué pue com lé wéssé
é lé chiffon qué cache lér sexe
sa pue com lé poupèl
en dizembre lé froid lé tue com dé mouches
lé gars dé lé rue i é porteurs
vendeurs dé bidons d’eau
croulants on voit eux à Domayo
à Pitoaré
à Kakataré
à Founangué
lé sébile zà la main
courbés zur in morzeau de bois
qué honte pour lé fils d’Allah

Lé rue moi coucher dans lé rue
cé pas pire qué coupé moi lé tête çà
l’écol moi zé veux aller moi
com lé gars dé lé Moundang
com lé gars dé lé Bamiliki
com lé nanas dé lé Béti
com lé gars-là de Dakar
com lé mecs dé Paris
ou com lé gars de San Francisco
é
étre démain in om ben auzi
mé mon papé i ne mé aime pas
ma mér él é dans lé terre
é moi jé pas lé sou pour l’écol moi
ouais ! in mec qué n’a pas l’écol
cé lé chiffon dé lé patrie
in gros dindon ké tou lé moonde piétine
in terrible cancér pour lé avenir
moi zé veux auzi zavoir lire
zavoir compter zavoir zécrire
zavoir kréé lé cars é lé zavions
com lé zautres zenfants di moonde

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

leutcha

Image de leutcha

Nom : LEUTCHA

Prénom : Michel

Naissance : 01/10/1959

Présentation : J'ai la poésie dans l'âme et elle est la grande passion de ma vie. J'aime lire les textes poétiques, surtout ceux qui élèvent l'âme et la transportent dans les nuées ! J'ai publié en 2009...

Accéder à sa page de poésie

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS