Poème 'Éloge de la Poésie' de Jean de LA FONTAINE dans 'Le Songe de Vaux'

Éloge de la Poésie

Jean de LA FONTAINE
Recueil : "Le Songe de Vaux"

 » Ô vous qui m’écoutez, troupe noble et choisie,
Ainsi qu’eux quelque jour vous vivrez d’ambrosie ;
Mais Alcandre lui-même aurait beau l’espérer,
S’il n’implorait mon art pour la lui préparer.
Ce point tout seul devrait me donner gain de cause :
Rendre un homme immortel sans doute est quelque chose ;
Apellanire peut par ses savantes mains
L’exposer pour un temps aux regards des humains
Pour moi, je lui bâtis un temple en leur mémoire ;
Mais un temple plus beau, sans marbre et sans ivoire,
Que ceux où d’autres arts, avec tous leurs efforts,
De l’Univers entier épuisent les trésors.
Par le second discours on voit que la Peinture
Se vante de tenir école d’imposture,
Comme si de cet art les prestiges puissants
Pouvaient seuls rappeler les morts et les absents !
Ce sont pour moi des jeux : on ne lit point Homère,
Sans que tantôt Achille à l’âme si colère,
Tantôt Agamemnon au front majestueux,
Le bien-disant Ulysse, Ajax l’impétueux,
Et maint autre héros offre aux yeux son image.
Je les fais tous parler, c’est encor davantage.
La Peinture après tout n’a droit que sur les corps ;
Il n’appartient qu’à moi de montrer les ressorts
Qui font mouvoir une âme, et la rendent visible ;
Seule j’expose aux sens ce qui n’est pas sensible,
Et, des mêmes couleurs qu’on peint la vérité,
Je leur expose encor ce qui n’a point été.
Si pour faire un portrait Apellanire excelle,
On m’y trouve du moins aussi savante qu’elle ;
Mais je fais plus encor, et j’enseigne aux amants
A fléchir leurs amours en peignant leurs tourments.
Les charmes qu’Hortésie épand sous ses ombrages
Sont plus beaux dans mes vers qu’en ses propres ouvrages ;
Elle embellit les fleurs de traits moins éclatants
C’est chez moi qu’il faut voir les trésors du printemps.
Enfin, j’imite tout par mon savoir suprême ;
Je peins, quand il me plaît, la Peinture elle-même.
Oui, beaux-arts, quand je veux, j’étale vos attraits :
Pouvez-vous exprimer le moindre de mes traits ?
Si donc j’ai mis les dieux au-dessus de l’envie,
Si je donne aux mortels une seconde vie,
Si maint oeuvre de moi, solide autant que beau,
Peut tirer un héros de la nuit du tombeau,
Si, mort en ses neveux, dans mes vers il respire,
si je le rends présent bien mieux qu’Apellanire,
Si de Palatiane, au prix de mes efforts,
Les monuments ne sont ni durables, ni forts,
Si souvent Hortésie est peinte en mes ouvrages,
Et si je fais parler ses fleurs et ses ombrages,
Juges, qu’attendez-vous ? et pourquoi consulter ?
Quel art peut mieux que moi cet écrin mériter ?
Ce n’est point sa valeur où j’ai voulu prétendre :
Je n’ai considéré que le portrait d’Alcandre.
On sait que les trésors me touchent rarement :
Mes veilles n’ont pour but que l’honneur seulement ;
Gardez ce diamant dont le prix est extrême ;
Je serai riche assez pourvu qu’Alcandre m’aime. « 

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jean de LA FONTAINE

Portait de Jean de LA FONTAINE

Jean de La Fontaine, né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry, est un poète français de la période classique dont l’histoire littéraire retient essentiellement « les Fables » et dans une moindre mesure les contes licencieux. On lui doit cependant des poèmes divers, des pièces de théâtre et des livrets... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto