Poème 'Les deux voyageurs' de Jean-Pierre Claris de FLORIAN dans 'Fables'

Les deux voyageurs

Jean-Pierre Claris de FLORIAN
Recueil : "Fables"

Le compère Thomas et son ami Lubin
Allaient à pied tous deux à la ville prochaine.
Thomas trouve sur son chemin
Une bourse de louis pleine ;
Il l’empoche aussitôt. Lubin, d’un air content,
Lui dit : « Pour nous la bonne aubaine !
- Non, répond Thomas froidement,
Pour nous n’est pas bien dit ; pour moi : c’est différent. »
Lubin ne souffle mot ; mais en quittant la plaine,
Ils trouvent des voleurs cachés au bois voisin.
Thomas tremblant, et non sans cause,
Dit : « Nous sommes perdus ! – Non, lui répond Lubin,
Nous n’est pas le vrai mot ; mais toi c’est autre chose. »
Cela dit, il s’échappe à travers le taillis.
Immobile de peur, Thomas est bientôt pris ;
Il tire la bourse et la donne.

Qui ne songe qu’à soi quand la fortune est bonne,
Dans le malheur n’a point d’amis.

Poème préféré des membres

ATOS et Maninred ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS