Poème 'Le lierre et le thym' de Jean-Pierre Claris de FLORIAN dans 'Fables'

Le lierre et le thym

Jean-Pierre Claris de FLORIAN
Recueil : "Fables"

Que je te plains, petite plante !
Disait un jour le lierre au thym :
Toujours ramper, c’est ton destin ;
Ta tige chétive et tremblante
Sort à peine de terre, et la mienne dans l’air,
Unie au chêne altier que chérit Jupiter,
S’élance avec lui dans la nue.
Il est vrai, dit le thym, ta hauteur m’est connue ;
Je ne puis sur ce point disputer avec toi :
Mais je me soutiens par moi-même ;
Et, sans cet arbre, appui de ta faiblesse extrême,
Tu ramperais plus bas que moi.

Traducteurs, éditeurs, faiseurs de commentaires,
Qui nous parlez toujours de grec ou de latin
Dans vos discours préliminaires,
Retenez ce que dit le thym.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Poules indulgentes
    ----------

    Nous aimons les trésors que Maître Coq nous donne,
    Le lierre prélevé sur les murs d'alentour,
    Le thym qu'on voit fleurir à l'ombre de la tour,
    Les plantes inconnues dont elle s'environne.

    Car le gallinacé que sa crête couronne
    Est notre compagnon des bons ou mauvais jours ;
    Il sait des cris de guerre, il sait des mots d’amour,
    Il sait le chien qui grogne et le chat qui ronronne.

    Or, celle qui se voit décerner le rameau,
    Elle va l'estimer plus que toute autre chose,
    Elle l'adorera dans son âme d'oiseau.

    Ainsi rêve une poule en basse-cour enclose,
    D'où l'on entend la voix du porc et du taureau ;
    Le fermier, cependant, taille un buisson de roses.

  2. Buisson sans souci
    ----------

    Le buisson sans souci à son plaisir s’adonne ;
    Nulle fleur, nul oiseau, nul arbre aux alentours,
    La lune et le soleil l’éclairent tour à tour :
    D’insectes inconnus ses branches s’environnent.

    Ne crois pas qu’au printemps quelques fleurs le couronnent,
    Il n’en produira pas, ni la nuit, ni le jour ;
    Il subsiste sans peine, il se croit sans amour,
    Même si dans son coeur la nostalgie ronronne.

    Si la muse venait en briser un rameau,
    Il goûterait cela, plus que toute autre chose,
    Plus que voir une fleur ou qu’entendre un oiseau.

    Qui sait si dans ce coeur est la sagesse enclose?
    Buisson de presque rien, frêle comme un roseau,
    Qui aurait pu aimer une aubépine éclose.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS