Poème 'La Louisiane' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Feuilles volantes'

La Louisiane

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Feuilles volantes"

À Mme A. Le Duc.

Pays du soleil où la fantaisie
Sous un ciel doré tourne son fuseau,
Radieux rival de l’Andalousie,
Dont le nom charmant, plein de poésie,
Résonne à mon coeur comme un chant d’oiseau!

Sous tes frais bosquets qu’embaume l’orange,
On sent circuler de vagues aimants;
Tes lourds bananiers, que la brise effrange,
Semblent frissonner au concert étrange
Qui flotte dans l’air de tes soirs charmants.

Sous tes dômes verts qu’ombre la liane
Rayonnent souvent de grands yeux hardis;
Et, l’artère en feu, jusqu’à la diane,
Plus d’un Werther veille, ô Louisiane,
Au seuil parfumé de tes paradis.

Et moi, fils du Nord aux hivers moroses,
- Souvenir lointain, mais toujours vainqueur -
A ces douces nuits, à ces beaux jours roses,
En rêvant je sens, malgré mes névroses,
Comme une fleur d’or éclore en mon coeur!

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS