Poème 'Les Petits Oiseaux' de Émile NELLIGAN dans 'Émile Nelligan et son œuvre - Virgiliennes'

Les Petits Oiseaux

Émile NELLIGAN
Recueil : "Émile Nelligan et son œuvre - Virgiliennes"

Puisque Ruscrock m’enseigne
À moi, dont le coeur saigne
Sur tout ce qui se baigne
Dans le malheur,

À vous aimer, j’élève
Ma pensée à ce rêve;
De nous faire une grève
Avec mon coeur.

Là donc, oiseaux sauvages,
Contre tous les ravages,
Vous aurez vos rivages
Et vos abris

Colombes, hirondelles,
Entre mes mains fidèles,
Oiseaux aux clairs coups d’ailes
Ô colibris !

Sûrs vous pourrez y vivre
Sans peur des soirs de givre,
Où sous l’astre de cuivre,
Morne flambeau !

Souventes fois, cortège
Qu’un vent trop dur assiège,
Vous trouvez sous la neige
Votre tombeau.

Protégés sans relâche,
Ainsi contre un plomb lâche,
Quand je clorai ma tâche,
Membres raidis;

Vous, par l’immense voûte
Me guiderez sans doute,
Connaissant mieux la route
Du Paradis !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Émile NELLIGAN

Portait de Émile NELLIGAN

Émile Nelligan (24 décembre 1879 à Montréal – 18 novembre 1941 à Montréal) est un poète canadien (québécois). Disciple du symbolisme, il a été profondément influencé par Octave Crémazie, Louis Fréchette, Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Georges Rodenbach, Maurice Rollinat et Edgar Allan Poe. Parmi les... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS