Poème 'Ma bohème' de Arthur RIMBAUD dans 'Poésies'

Ma bohème

Arthur RIMBAUD
Recueil : "Poésies"

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !

Mon unique culotte avait un large trou.
- Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
- Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

Poème préféré des membres

Commentaires

  1. Pour moi un des plus beaux poèmes de Rimbaud !! il vous fait sourire et pleurer et il est d'une modernité incroyable !!! un poème "éternel " !!!

  2. Pour pantoufles, j'avais des bottines crevées.
    Sur le démesuré, je dressais l'idéal;
    De froids péchés s'enflait mon plumage féal,
    Neutralité de teinte en les choses rêvées.

    Passant près d'une haie, j'entre en un large trou.
    J'avais bien combattu, j'avais fini ma course,
    J'avais saisi plusieurs diamants de la Grande Ourse,
    Nourri des faims de loup avec mon corps frou-frou,

    Pris des voies négligées par l'inspecteur des routes,
    Et brûlé mes deux yeux qui réclamaient des gouttes.
    Tout est permis à ceux qui s'en vont, par vigueur,

    Se perdre en un pays de flammes fantastiques.
    Qu'est-ce donc que mon âme ? Un fantôme élastique,
    L'hiver dans mon cerveau, le printemps dans mon coeur.

  3. Sur la route des rats crevés,
    voilà où conduit l'idéal !
    On s'est heurté à la réal-
    ité : c'est bon : assez rêvé.

    Cette route est pleine de trous,
    tout t'y ralentit dans ta course...
    Tu t'y traines tel un vieil ours
    t'hématomant d'un peu partout...

    C'est brumeux aussi sur sa route
    au Rimbaldien : il n'y voit goutte
    (ou du fantôme à la rigueur)...

    Lui qui trouvait si fantastique
    de vivre en un monde élastique,
    n'a plus le temps, n'a plus le coeur... :(

  4. J'ai bien aimé parce que j'ai bien aimé

  5. ce poème de rimbaud est superbe

  6. Bien apprécié.poème riche par ses métaphores.

Rédiger un commentaire

Arthur RIMBAUD

Portait de Arthur RIMBAUD

Arthur Rimbaud (Jean Nicolas Arthur Rimbaud) est un poète français, né le 20 octobre 1854 à Charleville, dans les Ardennes, et mort le 10 novembre 1891 à l’hôpital de la Conception à Marseille. Lycéen brillant et poète précoce, Arthur Rimbaud excelle dans les compositions latines, parmi lesquelles on trouve ses plus... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto