Poème 'Being beauteous' de Arthur RIMBAUD dans 'Illuminations'

Being beauteous

Arthur RIMBAUD
Recueil : "Illuminations"

Devant une neige un Être de Beauté de haute taille. Des sifflements de mort et des cercles de musique sourde font monter, s’élargir et trembler comme un spectre ce corps adoré ; des blessures écarlates et noires éclatent dans les chairs superbes. Les couleurs propres de la vie se foncent, dansent, et se dégagent autour de la Vision, sur le chantier. Et les frissons s’élèvent et grondent et la saveur forcenée de ces effets se chargeant avec les sifflements mortels et les rauques musiques que le monde, loin derrière nous, lance sur notre mère de beauté, — elle recule, elle se dresse. Oh ! nos os sont revêtus d’un nouveau corps amoureux.

XXX

Ô la face cendrée, l’écusson de crin, les bras de cristal ! le canon sur lequel je dois m’abattre à travers la mêlée des arbres et de l’air léger !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ange étrange
    --------------

    L'horizon est neigeux, on y observe un ange.
    Il tremble en écoutant siffler la sombre Mort
    Qui durement lui parle, et par endroit le mord.

    Il ne se défend point, cela me semble étrange.
    On le dirait plongé dans un rêve amoureux,
    Ou en train d'écouter des propos savoureux.

    Il persiste, il avance : et vois, la Mort recule,
    Elle s'enfuit au loin, ayant perdu la foi
    Dans son pouvoir maudit (ça se peut, quelquefois).

    L'ange s'éloigne aussi ; triomphal, comme Hercule
    Ayant vaincu le lion de ses puissantes mains ;
    Et je le vois sourire aux herbes du chemin;

  2. Le condamné à mort

    SUR MON COU sans armure et sans haine, mon cou
    Que ma main plus légère et grave qu’une veuve
    Effleure sous mon col, sans que ton cœur s’émeuve,
    Laisse tes dents poser leur sourire de loup.

    Ô viens mon beau soleil, ô viens ma nuit d’Espagne,
    Arrive dans mes yeux qui seront morts demain.
    Arrive, ouvre ma porte, apporte-moi ta main,
    Mène-moi loin d’ici battre notre campagne.

    Le ciel peut s’éveiller, les étoiles fleurir,
    Ni les fleurs soupirer, et des prés l’herbe noire
    Accueillir la rosée où le matin va boire,
    Le clocher peut sonner : moi seul je vais mourir.

    Ô viens mon ciel de rose, ô ma corbeille blonde !
    Visite dans sa nuit ton condamné à mort.
    Arrache-toi la chair, tue, escalade, mords,
    Mais viens ! Pose ta joue contre ma tête ronde.

    Nous n’avions pas fini de nous parler d’amour.
    Nous n’avions pas fini de fumer nos gitanes.
    On peut se demander pourquoi les cours condamnent
    Un assassin si beau qu’il fait pâlir le jour.

    Amour viens sur ma bouche ! Amour ouvre tes portes !
    Traverse les couloirs, descends, marche léger,
    Vole dans l’escalier, plus souple qu’un berger,
    Plus soutenu par l’air qu’un vol de feuilles mortes.

    Ô Traverse les murs ; s’il le faut marche au bord
    Des toits, des océans ; couvre-toi de lumière,
    Use de la menace, use de la prière,
    Mais viens, ô ma frégate, une heure avant ma mort.

  3. Vous aurez reconnu Jean GENET bien sûr...SUBLIME autant que du Rimbaud!!!

  4. pour être exact il s'agit là d'un extrait du poème de Genet intitulé: Le condamné à mort

Rédiger un commentaire

Arthur RIMBAUD

Portait de Arthur RIMBAUD

Arthur Rimbaud (Jean Nicolas Arthur Rimbaud) est un poète français, né le 20 octobre 1854 à Charleville, dans les Ardennes, et mort le 10 novembre 1891 à l’hôpital de la Conception à Marseille. Lycéen brillant et poète précoce, Arthur Rimbaud excelle dans les compositions latines, parmi lesquelles on trouve ses plus... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto