Poème 'Mais quoi ! c’est trop chanté, il faut tourner les yeux…' de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ dans 'Les Tragiques'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ > Mais quoi ! c’est trop chanté, il faut tourner les yeux…

Mais quoi ! c’est trop chanté, il faut tourner les yeux…

Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ
Recueil : "Les Tragiques"

Extrait (v. 661-684)

Mais quoi ! c’est trop chanté, il faut tourner les yeux
Éblouis de rayons dans le chemin des cieux.
C’est fait, Dieu vient régner, de toute prophétie
Se voit la période à ce point accomplie.
La terre ouvre son sein, du ventre des tombeaux
Naissent des enterrés les visages nouveaux :
Du pré, du bois, du champ, presque de toutes places
Sortent les corps nouveaux et les nouvelles faces.
Ici les fondements des châteaux rehaussés
Par les ressuscitants promptement sont percés ;
Ici un arbre sent des bras de sa racine
Grouiller un chef vivant, sortir une poitrine ;
Là l’eau trouble bouillonne, et puis s’éparpillant
Sent en soi des cheveux et un chef s’éveillant.
Comme un nageur venant du profond de son plonge,
Tous sortent de la mort comme l’on sort d’un songe.
Les corps par les tyrans autrefois déchirés
Se sont en un moment en leurs corps asserrés,
Bien qu’un bras ait vogué par la mer écumeuse
De l’Afrique brûlée en Tylé froiduleuse.
Les cendres des brûlés volent de toutes parts ;
Les brins plus tôt unis qu’ils ne furent épars
Viennent à leur poteau, en cette heureuse place
Riants au ciel riant d’une agréable audace.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. J'ai vu l'effet Hobart en action, sous mes yeux.
    Le temps s'est inversé, un grand chef religieux
    Du nom de Thomas Peak a surgi de la tombe,
    Et j'ai vu dans son nid retourner la colombe,
    J'ai vu la cigarette, aussi, se défumer,
    Le poulet dérôtir, et, s'étant remplumé,
    Retrouver les plaisirs de la campagne heureuse
    Où l'on porte les oeufs aux poules dépondeuses.

    J'ai vu se désécrire enfin cette chanson,
    Maintenant, je ne sais où ses paroles sont.

Rédiger un commentaire

Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ

Portait de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ

Théodore Agrippa d’Aubigné, né le 8 février 1552 au château de Saint-Maury près de Pons, en Saintonge, et mort le 9 mai 1630 à Genève, est un écrivain et poète baroque français protestant. Il fut aussi l’un des favoris d’Henri IV, du moins jusqu’à la conversion de celui-ci. Théodore décide alors de rédiger la plus grande... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto