Poème 'Oui, je suis proprement à ton nom immortel…' de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ dans 'L'Hécatombe à Diane'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ > Oui, je suis proprement à ton nom immortel…

Oui, je suis proprement à ton nom immortel…

Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ
Recueil : "L'Hécatombe à Diane"

Oui, je suis proprement à ton nom immortel
Le temple consacré, tel qu’en Tauroscytie
Fut celui où le sang apaisait ton envie :
Mon estomac pourpré est un pareil autel.

On t’assommait l’humain, mon sacrifice est tel,
L’holocauste est mon coeur, l’amour le sacrifice,
Les encens mes soupirs, mes pleurs sont pour l’hostie
L’eau lustrale, et mon feu n’est borné ni mortel.

Conserve, déité, ton esclave et ton temple,
Ton temple et ton honneur, et ne suis pas l’exemple
De l’ardent boute-feu qui, brûlant de renom,

Brûla le marbre cher, et l’ivoire d’Éphèse.
Si tu m’embrases plus, n’attends de moi sinon
Un monceau de sang, d’os, de cendres et de braise.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Plumes d’argent
    -----------------

    On voit au ciel d’azur deux oiseaux immortels ;
    La pyramide d’or est leur source de vie,
    Et, chaque jour, ils vont, en dépit de l’envie,
    Réciter un poème à ce magique autel.

    Des arbres auprès d’eux montrent un charme tel
    Qu’à leur culte, un chacun dès l’aube sacrifie,
    Qu’un calvaire entre eux deux le public édifie,
    Que le peintre du bourg leur consacre un pastel.

    Dans l’ombre, cependant, les prêtres sont à l’aise,
    Ils ne feront rôtir nul agneau sur la braise,
    Ni ne nous maudiront, pour un oui, pour un non.

    Heureux les villageois disposant d’un tel temple,
    Leur sens du rituel est donné en exemple
    Aux quatre coins du monde, aux villes de renom.

  2. Sagesse d’une souche
    ---------------------------

    Quoiqu’un arbre en un bois ne soit pas immortel,
    Sur une ample période il conserve la vie ;
    Si la ramure il perd, que chacun lui envie,
    La souche reste là, plane comme un autel.

    Des arbres ébranchés montrent un charme tel
    Que les oiseaux du ciel à ces dieux sacrifient,
    Que les druides du coin leur calvaire édifient,
    Que le ciel printanier leur dédie son pastel.

    Dans l’ombre, cependant, les souches sont à l’aise,
    Qui ne risquent pas trop de se changer en braise,
    Ni ne s’altéreront, pour un oui, pour un non.

    Heureuse la forêt où s’élève un tel temple :
    La souche pour tout arbre est là comme un exemple,
    Même sur les écus qu’ici nous blasonnons.

Rédiger un commentaire

Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ

Portait de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ

Théodore Agrippa d’Aubigné, né le 8 février 1552 au château de Saint-Maury près de Pons, en Saintonge, et mort le 9 mai 1630 à Genève, est un écrivain et poète baroque français protestant. Il fut aussi l’un des favoris d’Henri IV, du moins jusqu’à la conversion de celui-ci. Théodore décide alors de rédiger la plus grande... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto