Poème 'Une pierre immobile' de guillaumePrevel

Une pierre immobile

guillaumePrevel

J’étais une pierre immobile parmi tant d’autres
sur un olympe autrefois béni par les Dieux
Et un jour sans semonce je suis tombé de l’état de grâce
à celui de plus grand chose
Et je suis resté à terre comme un enfant abandonné
sans attendre aucun secours
Puis j’ai chuté irrémédiablement au fil des jours
sur la paroi rocheuse de la vie aux sombres méandres

Et j’ai blessé d’autres pierres immobiles en tombant
et je me suis blessé à leur contact mortellement

Dans cette chute j’ai caressé d’autres pierres
plus pures et plus belles que les autres
Et je me suis fondu avec les minerais qui m’ont retenu
de leur amour maudit dans les forges de Vulcain

J’ai brûlé l’essence de ma vie à leur contact de silex
ma vie de pierre ma vie de papier
J’ai brûlé ma vie au feu des passions sans lendemains
et des souffrances lancinantes

Et j’ai continué à tomber en entraînant les pierres
les plus fragiles les pierres les plus pures
Et ma longue chute me renvoyait sans cesse
mon image mon désespoir ma faiblesse

Et j’ai chuté et chuté encore
dans une chute interminable
Une chute violente sublime et sans limite.

09 juillet 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS