Poème 'Marche sur le trottoir' de PhulanKile

Accueil > Les membres > Page de poésie de PhulanKile > Marche sur le trottoir

Marche sur le trottoir

PhulanKile

Le trottoir tacheté de sombre, grisâtre,
se piétine en tout sens. Au loin la tache d’un astre,
jaune, réapparaît, loin, au-delà de l’horizon
pour donner à cette journée venteuse sa triste oraison.

Le marcheur cerne mieux qu’un autre
la douceur des sols profonds, tel Pierre l’Apôtre
gémissant le matin de n’avoir pu croire en Sa nuit.
Le marcheur est une ombre qui chasse son envie.

De Paris, capitale des villes, le marcheur ne discerne
pas le grain de ce trottoir, le grès des murs blêmes,
ni les passants, ni les senteurs, à peine voit-il les cernes
humides, dans la rigole, qui sèchent au grès du vent terne.

Le trottoir tacheté de sombre, grisâtres senteurs
de l’ancienne pluie, lugubres pleurs du marcheur
s’effacent derrière son pas, pressé du malheur
de son cœur, froissé de contempler cette Heure.

Le trottoir est resté, il s’est revu des cieux souillés,
le marcheur est passé, il s’est évadé de l’horizon lacté.

24 mai 2005

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS