Poème 'Mon corps' de Odilon-Jean PÉRIER dans 'Notre mère la ville'

Mon corps

Odilon-Jean PÉRIER
Recueil : "Notre mère la ville"

Corps violent, redoutable, honteux,
Corps de poète habitué aux larmes,
Qui te secoue ainsi, qui te désarme ?
(Bruxelles dort orné de mille feux)

Dans le pays de la bonne souffrance
(Rappelle-toi cette maison des champs)
Archange infirme ivre de ton silence,
N’attendais-tu qu’un amour plus pressant ?

On connaît bien le gouffre où je me penche,
La Muse morte y couche entre ses dieux.

Regardez tous (c’est une page blanche)
Et enterrez les poètes chez eux.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ambichien maigre
    -----------

    Je suis nourri d’indigentes pensées,
    Car il me vient moins d’une idée par jour ;
    Tu peux le voir, je ne pèse pas lourd,
    Ma pauvre vie n’est pas bien agencée.

    Que reste-t-il de ma fougue passée ?
    Je marche un peu, mais j’ai le souffle court ;
    On entend moins mon luth de troubadour,
    Puisque la muse en est presque lassée.

    C’est mon destin, donc je dois m’incliner,
    Tout ce qui vit finit par décliner ;
    De rien ne sert une parole amère.

    Je vais laisser mes jours s’effilocher,
    Je vois la fin doucement approcher ;
    Je le savais, que j’étais éphémère.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS