Poème 'Nénuphar' de Georges RODENBACH dans 'La Jeunesse blanche'

Nénuphar

Georges RODENBACH
Recueil : "La Jeunesse blanche"

Sur le canal, parmi des herbes otieuses,
Un nénuphar vit en exil, comme étranger,
Mais si plein, dirait-on, de choses précieuses
Qu’il se tient coi sur l’eau trouble et n’ose bouger.
Ah ! cet air blanc de Première Communiante,
Cet air de guimpe close aux doux plis tuyautés
Et ces linges plus intimes, jamais ôtés,
Dont l’adhérence stricte est certe anémiante
Mais le font presque un peu plus vierge et sans péché !
Nénuphar : chair candide et qui n’est pas nubile,
Corps dont rien ne s’avère en la robe immobile,
Nénuphar tout pieux et tout endimanché
Qui semble attendre, avec la peur qu’un pli se froisse,
Que la Procession en passant l’ait cueilli
? Lui tout en blanc et par avance recueilli ?
Pour faire dans l’encens le tour de la paroisse !
Nénuphar ! innocence unanime, âme et corps !
Fleur digne d’escorter la Madone et la Châsse ;
Aussi chastement blanche au dedans qu’au dehors ;
Fleur qu’on devine bien toute en état de grâce.

1894

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Georges RODENBACH

Portait de Georges RODENBACH

Georges Rodenbach (né le 16 juillet 1855 à Tournai et mort le 25 décembre 1898 à Paris) était un poète symboliste et un romancier belge de la fin du XIXe siècle. Issu d’une famille bourgeoise d’origine allemande – son père, fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, est vérificateur des poids et mesures ;... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto