Poème 'Orée' de Vide

Orée

Vide

Égaré pantelant, dans la forêt des songes,
Harassé de toutes parts. Ô fantômes passés!
Qui reviennent maintenant et à nouveau m’y plongent.
Chassés à ces sept heures par des voix effacées.

Il reviendra sûrement ce monstre si grotesque.
Au crépuscule dûment, imprégnant toute la fresque.
Emportant tout mon être dans ces cercles dantesques.
Tapi dans la forêt, je ne puis rien ou presque.

Poème préféré des membres

ATOS et guillaumePrevel ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. N'y aurait-il pas comme une inspiration puisé chez Nerval?
    " Ils reviendront ces dieux ..." in Les chimères ?

  2. Non, Nerval est un poète que je connais très peu. Hormis El Desdichado je n'ai pas lu ses poèmes. Néanmoins, grâce à votre remarque je me suis à nouveau penché sur son oeuvre qui est très intéressante.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS