Poème 'Parodie burlesque de la première ode de Pindare, à la louange de Perrault.' de Nicolas BOILEAU dans 'Épigrammes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Nicolas BOILEAU > Parodie burlesque de la première ode de Pindare, à la louange de Perrault.

Parodie burlesque de la première ode de Pindare, à la louange de Perrault.

Nicolas BOILEAU
Recueil : "Épigrammes"

À la louange de M. Perrault.

Malgré son fatras obscur,
Souvent Brébeuf étincelle :
Un vers noble, quoique dur,
Peut s’offrir dans la Pucelle.
Mais, ô ma lyre fidèle,
Si du parfait ennuyeux
Tu veux trouver le modèle,
Ne cherche point dans les cieux
D’astre au soleil préférable ;
Ni dans la foule innombrable
De tant d’écrivains divers
Chez Coignard rongés des vers,
Un poète comparable
À l’auteur inimitable
De Peau-d’Ane mis en vers.

J’avais résolu de parodier l’ode ; mais dans ce temps-là nous nous raccommodâmes M. Pérrault et moi. Ainsi il n’y eut que ce couplet de fait. (Boil.)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS