Poème 'Prométhée' de guillaumePrevel

Prométhée

guillaumePrevel

Souffrir pour ne pas mourir
Mourir pour ne pas souffrir!
Bourreau! Fais ton office!
Mais achève mon supplice

Moi, le pauvre Prométhée
Irrémédiablement condamné
Je te supplie à genoux
De tordre la vie à mon cou

Toi dont la cruauté et l’aveuglement
Sont les misérables et fourbes métiers
Je te supplie à tes pieds et humblement

De mettre un terme expéditif à mes souffrances
Pour qu’enfin je recouvre la liberté interdite
De par ta main qui m’indiquera le chemin de la délivrance.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS