Poème 'Rosemonde' de Rosemonde GÉRARD ROSTAND dans 'Féeries'

Rosemonde

Rosemonde GÉRARD ROSTAND
Recueil : "Féeries"

Rosemonde, mère si jeune de mon opère,
Je revois le portrait où vous étiez en noir :
Vous étiez si jolie, ô ma blonde grand’mère,
Que, devant ce portrait, chacun venait s’asseoir.

La robe de satin, presque d’un noir d’ébène,
Vous faisait ressortir comme une pâle fleur ;
Et vous aviez autour du cou, sur une chaîne,
Deux fameux diamants donnés par l’Empereur.

Le portrait vit toujours avec son paysage ;
Le collier brille encore ; et le charmant visage
Garde au fond du passé ses regards absolus ;

Mais le nom rayonnant, le nom qu’un tendre geste
Voulut faire passer sur mon front trop modeste,
Le nom, dépaysé, ne se reconnaît plus…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Rosemonde GÉRARD ROSTAND

Portait de Rosemonde GÉRARD ROSTAND

Louise-Rose-Étiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard, poétesse française, est née le 5 avril 1866 à Paris où elle est morte le 5 juillet 1953.
Elle est la petite-fille du comte Étienne Maurice Gérard, héros de Wagram. Son parrain est le poète Leconte de Lisle et son tuteur Alexandre Dumas. Dodette était son surnom... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto