Poème 'À Marguerite – Sonnet II' de Théophile GAUTIER dans 'Poésies nouvelles et inédites'

À Marguerite – Sonnet II

Théophile GAUTIER
Recueil : "Poésies nouvelles et inédites"

À MADAME MARGUERITE DARDENNE DE LA GRANGERIE

Il est, dans la légende, une vierge martyre,
Qui mène en laisse une hydre aux tortueux replis.
Près d’une roue à dents, tenant au main un lis,
L’Ange d’Urbin l’a peinte, et le monde l’admire.

Aux prés pousse une fleur, qu’en son naïf délire
L’inquiète amoureuse avec ses doigts pâlis
Questionne, comptant les pétales cueillis
En suspendant son âme au dernier qu’elle tire.

Mystérieusement, dans son nid de satin,
Brille un joyau sans prix qui porte un nom latin
Et dont le troupeau vil dédaigne le mérite.

Ne cherchez pas le mot de l’énigme à côté :
Martyre, fleur, joyau, vertu, parfum, beauté,
Tout cela simplement veut dire: M A R G U E R I T E !

19 juillet 1866.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto