Poème 'Vitrine' de martineau

Vitrine

martineau

Le dieu qu’ils ont prié s’est tu jusqu’à la fin
et leur foi de naissance est à présent caduque.
Bien qu’ils soient amaigris, ils n’ont plus jamais faim :
est-ce à cause du coup qu’ils ont pris à la nuque ?

Qui peut avoir le cran d’oublier cet endroit
depuis que chaque jour en fait une vitrine ?
Bien qu’ils soient dénudés, ils n’ont plus jamais froid :
est-ce à cause du trou qu’ils ont à la poitrine ?

Bien qu’ils soient bouche ouverte, ils ne répondent rien.
Ils n’ont plus d’or aux dents – il est chez les orfèvres.
Sans doute est-il trop tôt pour que l’historien
donne un sens au néant qu’ils ont entre les lèvres.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

martineau

Image de martineau

Nom : Martineau

Prénom : Philippe

Naissance : 08/04/1957

Présentation : Auteur de recueils (poésie, fable, aphorisme, etc...) au format électronique (PDF, EPUB et KINDLE), disponibles en ligne sur son site Web.

Accéder à sa page de poésie

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS