Poème '15 – Pour le retour du Soleil honorer,…' de Louise LABÉ dans 'Sonnets'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Louise LABÉ > 15 – Pour le retour du Soleil honorer,…

15 – Pour le retour du Soleil honorer,…

Louise LABÉ
Recueil : "Sonnets"

Pour le retour du Soleil honorer,
Le Zéphir l’air serein lui appareille,
Et du sommeil l’eau et la terre éveille,
Qui les gardait, l’une de murmurer

En doux coulant, l’autre de se parer
De mainte fleur de couleur nonpareille
Jà les oiseaux ès arbres font merveille,
Et aux passants font l’ennui modérer

Les nymphes jà en milles jeux s’ébattent
Au clair de lune, et dansant l’herbe abattent.
Veux-tu Zéphir, de ton heur me donner,

Et que par toi toute me renouvelle ?
Fais mon Soleil devers moi retourner,
Et tu verras s’il ne me rend plus belle.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Gravures fabuleuses
    -----------------------------

    Monde étonnant de Gustave Doré :
    Un noir démon vers le sol appareille,
    Un animal au langage s’éveille,
    Un grand buisson se met à murmurer.

    Gargantua s’apprête à dévorer
    Une ventrée de viandes nonpareilles ;
    Alice marche au Pays des Merveilles
    Où les rosiers sont richement parés,

    Où Tourne-Disque et Tournedos se battent,
    Craignant pourtant qu’un corbeau ne s’abatte
    Ou que le ciel ne se prenne à tonner.

    Par de tels traits, les récits, les nouvelles
    Et les romans superbement ornés
    Furent pour nous des lectures plus belles !

  2. Grenouille-girafe
    ------------

    Pour moucherons en nombre dévorer,
    Ce batracien d’un long cou s’appareille ;
    Il en avale aussitôt qu’il s’éveille,
    Ils n’osent plus dans les airs murmurer.

    À quel bestiau puis-je te comparer ?
    Nous avons là grenouille nonpareille ;
    On n’en voit pas au Pays des Merveilles,
    Qui la rencontre, il est désemparé.

    Vers le printemps, j’en vois deux qui se battent,
    Craignant pourtant qu’un faucon ne s’abatte ;
    S’il le faisait, j’en serais étonné.

    Que d’inventions, que de formes nouvelles
    Dont la nature a moyen de s’orner !
    Et la présente est l’une des plus belles.

  3. Grenouille ordinaire
    ------------------

    Cet animal est de vert coloré,
    Du même vert que toutes ses pareilles ;
    Elle entend par d’invisibles oreilles,
    Même un insecte en train de murmurer.

    Quand elle a pu de mouches s’emparer,
    Elle digère à l’ombre d’une treille ;
    Indifférente à la salsepareille,
    On ne la voit jamais en préparer.

    Ces animaux bien rarement se battent,
    Presque jamais ne se font acrobates ;
    Aucun d’entre eux ne veut nous étonner.

    Au marécage on les trouve fidèles,
    N’imitant point le vol des hirondelles ;
    C’est un destin simplement ordonné.

  4. Grenouille transcendante
    -------------------------

    Je vis parmi des herbages dorés,
    Nulle fleur n’est à ses consoeurs pareille ;
    Des arbres noirs les fruits ont des oreilles,
    Je les entends au matin murmurer.

    Un visiteur serait désemparé
    En découvrant les raisins de nos treilles ;
    Ils ont le goût de la salsepareille,
    Noir est le vin qu’on en peut préparer.

    Nos protecteurs, qui les démons combattent,
    Sont des golems aux talents d’acrobates ;
    Ceux d’inframonde en sont bien étonnés.

    À nul sauveur nous ne sommes fidèles,
    Mais nous prions le dieu des hirondelles ;
    Ce monde étrange est fort bien ordonné.

Rédiger un commentaire

Louise LABÉ

Portait de Louise LABÉ

Louise Labé née Louise Charly en 1524 à Lyon, décédée le 25 avril 1566 à Parcieux-en-Dombes, est une poétesse française. Surnommée « La Belle Cordière », elle fait partie des poètes en activité à Lyon pendant la Renaissance.
Elle était la femme de Perin, riche marchand de cordes, qui possédait plusieurs maisons à Lyon.... [Lire la suite]

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS