Poème '13 – Luth compagnon de ma calamité…' de Louise LABÉ dans 'Sonnets'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Louise LABÉ > 13 – Luth compagnon de ma calamité…

13 – Luth compagnon de ma calamité…

Louise LABÉ
Recueil : "Sonnets"

Luth, compagnon de ma calamité,
De mes soupirs témoin irréprochable,
De mes ennuis contrôleur véritable,
Tu as souvent avec moi lamenté ;

Et tant le pleur piteux t’a molesté
Que, commençant quelque son délectable,
Tu le rendais tout soudain lamentable,
Feignant le ton que plein avais chanté.

Et si tu veux efforcer au contraire,
Tu te détends et si me contrains taire :
Mais me voyant tendrement soupirer,

Donnant faveur à ma tant triste plainte,
En mes ennuis me plaire suis contrainte
Et d’un doux mal douce fin espérer.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Noble chimère d’azur
    -------------------------

    Se complaisant dans les calamités,
    (Car son parcours n’est pas irréprochable),
    Cette chimère, un monstre véritable,
    Si tu la vois, tu dois te lamenter.

    Heureux si tu n’en es point molesté !
    La rencontrer n’a rien de délectable,
    C’est un visa pour un sort lamentable,
    Un vaillant barde, avant moi, l’a chanté.

    Si ta parole à son coeur est contraire,
    Tu le sais bien, c’est là qu’il faut se taire ;
    Et ne va point lourdement soupirer,

    Puisqu’un soupir lui paraît une plainte ;
    Éloigne-toi, fuyant cette contrainte,
    Rien ne peut-on de chimère espérer.

  2. Épineuse trinité
    -------------

    Je vois au bois la verte trinité,
    Trois petits dieux piquants et vénérables ;
    Ils ont créé ce monde incomparable
    Sans en tirer la moindre vanité.

    Je n’y ai vu nul serpent serpenter,
    Ni proposer aucun fruit délectable ;
    Il est absent, ce démon redoutable,
    Des créateurs la gloire on peut chanter.

    Cet univers n’est pas triste, au contraire,
    Il est bâti sur de joyeux mystères
    Dont ne sont point nos esprits égarés.

    Les gens d’ici n’observent nulle astreinte,
    Leurs pieds au sol ne laissent pas d’empreintes ;
    Ce monde existe, ou je peux l’espérer.

  3. Au pays des chimères
    ----------

    Ce continent est presque inhabité,
    Mais il y pousse une forêt d’érables ;
    Jadis y fut un peuple misérable
    Que détruisit une calamité.

    Un spectre alors vint ce terroir hanter,
    Qui composa des chants inimitables ;
    Ce revenant n’était point redoutable,
    Qui s’occupait de boire et de chanter.

    Cette musique attira des chimères
    Qui ont bâti quelques logis sommaires,
    Et cette troupe, ensuite, a prospéré.

    Si tu y vas, ne montre nulle crainte,
    Mais garde-toi pourtant de leurs étreintes,
    Laisse-les donc vainement soupirer.

Rédiger un commentaire

Louise LABÉ

Portait de Louise LABÉ

Louise Labé née Louise Charly en 1524 à Lyon, décédée le 25 avril 1566 à Parcieux-en-Dombes, est une poétesse française. Surnommée « La Belle Cordière », elle fait partie des poètes en activité à Lyon pendant la Renaissance.
Elle était la femme de Perin, riche marchand de cordes, qui possédait plusieurs maisons à Lyon.... [Lire la suite]

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS