Poème '09 – Tout aussitôt que je commence à prendre…' de Louise LABÉ dans 'Sonnets'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Louise LABÉ > 09 – Tout aussitôt que je commence à prendre…

09 – Tout aussitôt que je commence à prendre…

Louise LABÉ
Recueil : "Sonnets"

Tout aussitôt que je commence à prendre
Dans le mol lit le repos désiré,
Mon triste esprit, hors de moi retiré,
S’en va vers toi incontinent se rendre.

Lors m’est avis que dedans mon sein tendre
Je tiens le bien où j’ai tant aspiré,
Et pour lequel j’ai si haut soupiré
Que de sanglots ai souvent cuidé fendre.

Ô doux sommeil, ô nuit à moi heureuse !
Plaisant repos plein de tanquillité,
Continuez toutes les nuits mon songe ;

Et si jamais ma pauvre âme amoureuse
Ne doit avoir de bien en vérité,
Faites au moins qu’elle en ait en mensonge.

Poème préféré des membres

Lelys a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. À l'Est chaque matin apparaît le soleil
    Tout le jour il avance et donne sa lumière
    Et chaque jour il tombe à son heure dernière
    Derrière l'Ouest il semble abriter son sommeil
    *
    Mais il est obligé de rester en éveil
    Car pour se lever à sa place coutumière
    D'Ouest en Est il lui faut franchir la Terre entière
    Avançant sous le sol d'un effort sans pareil
    *
    À moi ma nuit aussi est dans un inframonde
    Un univers bizarre où la magie abonde
    Où le décor est sombre et les êtres tordus
    *
    Et j'aime ce parcours dans un étroit tunnel
    Inframonde au pouvoir des dieux originels
    Et du plus grand d'entre eux un amour éperdu

  2. Disciple
    --------

    Avec Louise apprendre,
    Je l’aurais désiré :
    Tous les deux, retirés,
    Disant des choses tendres

    Ou faites pour surprendre ;
    Apprendre à soupirer,
    Apprendre à délirer,
    Apprendre à bien s’entendre.

    Eût-elle été heureuse
    Dans cette intimité
    Avec un tel élève ?

    Question vraiment oiseuse :
    Je ne puis la traiter
    Qu’au profond de mon rêve.

Rédiger un commentaire

Louise LABÉ

Portait de Louise LABÉ

Louise Labé née Louise Charly en 1524 à Lyon, décédée le 25 avril 1566 à Parcieux-en-Dombes, est une poétesse française. Surnommée « La Belle Cordière », elle fait partie des poètes en activité à Lyon pendant la Renaissance.
Elle était la femme de Perin, riche marchand de cordes, qui possédait plusieurs maisons à Lyon.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto