Poème '17 – Je fuis la ville, et temples, et tous lieux…' de Louise LABÉ dans 'Sonnets'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Louise LABÉ > 17 – Je fuis la ville, et temples, et tous lieux…

17 – Je fuis la ville, et temples, et tous lieux…

Louise LABÉ
Recueil : "Sonnets"

Je fuis la ville, et temples, et tous lieux
Esquels, prenant plaisir à t’ouïr plaindre,
Tu pus, et non sans force, me contraindre
De te donner ce qu’estimais le mieux.

Masques, tournois, jeux me sont ennuyeux,
Et rien sans toi de beau ne me puis peindre;
Tant que, tâchant à ce désir étreindre,
Et un nouvel objet faire à mes yeux,

Et des pensers amoureux me distraire,
Des bois épais suis le plus solitiare.
Mais j’aperçois, ayant erré maint tour,

Que si je veux de toi ëtre délivre,
Il me convient hors de moi-mëme vivre;
Ou fais encor que loin sois en séjour.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Manoir des utopistes
    ----------

    Cet édifice est en un plaisant lieu,
    Bien loin de nous l’idée de nous en plaindre ;
    Nous y vivons sans guère nous contraindre,
    Tout est facile, et tout est pour le mieux.

    Nous sommes tous de braves petits vieux
    Dont les travers sont amusants à peindre ;
    De travailler nous ne savons pas feindre,
    Ne pas agir, c’est correct, à nos yeux.

    La muse vient jusqu’ici nous distraire,
    Mais d’autres jours, nous restons solitaires.
    Heureux aussi d’attendre son retour.

    Les soirs d’hiver, la rime nous enivre,
    Car c’est cela, vraiment, qui nous fait vivre ;
    Et le bon vin, disons-le sans détour.

  2. In beatitudine
    ---

    Maison loin des routes
    Et deux coeurs au même rythme,
    La vie et rien d'autre.

Rédiger un commentaire

Louise LABÉ

Portait de Louise LABÉ

Louise Labé née Louise Charly en 1524 à Lyon, décédée le 25 avril 1566 à Parcieux-en-Dombes, est une poétesse française. Surnommée « La Belle Cordière », elle fait partie des poètes en activité à Lyon pendant la Renaissance.
Elle était la femme de Perin, riche marchand de cordes, qui possédait plusieurs maisons à Lyon.... [Lire la suite]

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS