Poème 'À Claudius Popelin (Sonnet I)' de Théophile GAUTIER dans 'Poésies nouvelles et inédites'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théophile GAUTIER > À Claudius Popelin (Sonnet I)

À Claudius Popelin (Sonnet I)

Théophile GAUTIER
Recueil : "Poésies nouvelles et inédites"

Le temps efface l’Art avec un doigt trop prompt,
Et l’Éternité manque à la forme divine.
Le Vinci sous son crêpe à peine se devine,
Et de Monna Lisa l’ombre envahit le front.

Ce que nos yeux ont vu, bien peu d’yeux le verront.
On cherche au Vatican Raphaël en ruine,
Michel-Ange s’éteint aux murs de la Sixtine;
Comme Apelle et Zeuxis ils s’évanouiront.

Mais toi, mon Claudius, tu fixes ta pensée;
Tel que l’ambre une fleur, l’immarcescible émail
Contre les ans vaincus abrite ton travail.

Des reflets de l’Iris ton œuvre est nuancée,
L’ardente transparence y luit sous le paillon,
Et chez toi l’Idéal a toujours son rayon.

1866

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto