Poème 'Le Pin des Landes' de Théophile GAUTIER dans 'España'

Le Pin des Landes

Théophile GAUTIER
Recueil : "España"

On ne voit en passant par les Landes désertes,
Vrai Sahara français, poudré de sable blanc,
Surgir de l’herbe sèche et des flaques d’eaux vertes
D’autre arbre que le pin avec sa plaie au flanc,

Car, pour lui dérober ses larmes de résine,
L’homme, avare bourreau de la création,
Qui ne vit qu’aux dépens de ceux qu’il assassine,
Dans son tronc douloureux ouvre un large sillon !

Sans regretter son sang qui coule goutte à goutte,
Le pin verse son baume et sa sève qui bout,
Et se tient toujours droit sur le bord de la route,
Comme un soldat blessé qui veut mourir debout.

Le poète est ainsi dans les Landes du monde ;
Lorsqu’il est sans blessure, il garde son trésor.
Il faut qu’il ait au coeur une entaille profonde
Pour épancher ses vers, divines larmes d’or !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Cette comparaison ne peut émaner que d'un génie, c'est vraiment étonnant!

  2. Pour ce barde, le monde est une île déserte
    Entourée d'une plage au sable toujours blanc,
    Couverte d'une jungle aux feuilles toujours vertes,
    Sommée d'une montagne aux infertiles flancs.

    Le barde, enivré par l'odeur de la résine,
    Versifie à propos de la création,
    Insultant le destin d'une phrase assassine,
    Ne sachant s'arrêter au bout de son sillon.

    À la source coulant près de lui goutte à goutte,
    Il préfère le vin, comme il dit, pour la route,
    Et dit ses dernier vers d'une voix de stentor.

    Comme une île déserte il a traité ce monde,
    Il tient très fort à toi, solitude profonde,
    Au point de t'appeler son unique trésor.

  3. Erratum (fin du premier tercet) "ses derniers vers"

Trackbacks
  1. Jeux de plage | Pays de poésie

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2014 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto