Poème 'A elle même' de Théophile de VIAU dans 'Œuvres poétiques - Première partie'

A elle même

Théophile de VIAU
Recueil : "Œuvres poétiques - Première partie"

Puisqu’en cet accident le sort nous désoblige,
Je crois que tout le monde avecque vous s’afflige,
Et ce commun malheur qui trouble l’univers,
Reprocherait un crime aux lois de la nature
Sinon que cette mort a fait naître vos vers
Dont l’aimable douceur efface son injure.

A voir vos sentiments écrits si doucement,
A voir votre douleur peinte si vivement,
Je crois qu’en vain la mort de ce butin se vante,
Car, comme la raison m’apprend à discourir,
Celle que vous plaignez est encore vivante
Puisqu’elle est dans vos vers qui ne sauraient mourir.

Vous mêlez dans ce deuil tant d’agréables charmes
Que c’est être insensé que lui donner des larmes:
Je la crois bien heureuse en si rare tombeau,
Et regarde sa gloire avecque tant d’envie
Que si l’on m’eût dû faire un monument si beau,
Je mourrais de regret de ne l’avoir suivie.

J’ai cru que la tristesse était pleine de maux,
Et perdais, en l’erreur d’un jugement si faux,
La douce rêverie où l’ennui nous amuse;
Mais vous faites le deuil avecque tant d’appas
Que j’aime la rigueur combien que je l’accuse,
Et trouve du plaisir à craindre le trépas.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile de VIAU

Portait de Théophile de VIAU

Théophile de Viau, né entre mars et mai 1590 à Clairac et mort le 25 septembre 1626 à Paris, est un poète et dramaturge français. Poète le plus lu au XVIIe siècle, il sera oublié suite aux critiques des Classiques, avant d’être redécouvert par Théophile Gautier. Depuis le XXe siècle, Théophile de Viau est défini... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto