Poème 'Quelque si doux espoir où ma raison s’appuie…' de Théophile de VIAU dans 'Œuvres poétiques - Première partie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théophile de VIAU > Quelque si doux espoir où ma raison s’appuie…

Quelque si doux espoir où ma raison s’appuie…

Théophile de VIAU
Recueil : "Œuvres poétiques - Première partie"

Quelque si doux espoir où ma raison s’appuie,
Un mal si découvert ne se saurait cacher;
J’emporte malheureux, quelque part où je fuie,
Un trait qu’aucun secours ne me peut arracher.

Je viens dans un désert mes larmes épancher,
Où la terre languit, où le Soleil s’ennuie,
Et d’un torrent de pleurs qu’on ne peut étancher
Couvre l’air de vapeurs et la terre de pluie.

Parmi ces tristes lieux traînant mes longs regrets,
Je me promène seul dans l’horreur des forêts,
Où le funeste orfraie et le hibou se perchent.

Là le seul réconfort qui peut m’entretenir,
C’est de ne craindre point que les vivants me cherchent
Où le flambeau du jour n’osa jamais venir.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Quand le fil de ma vie ne m'inspirera plus
    Le plaisir quotidien de tracer quelques lignes,
    Ou que d'y renoncer j'aurai reçu consigne,
    Je songerai encore aux instants révolus.
    *
    Les tourments, les plaisirs, voulus et non voulus,
    Trace n'en restera que ces milliers de signes.
    Hélas, si d'un tel jeu mon chant s'est montré digne,
    A bien m'en souvenir me voici résolu.
    *
    Puis, on n'est sûr de rien. Dans les mois qui vont suivre,
    Qui sait quelles passions nos coeurs nous feront vivre
    Et chanter dans nos vers, avec ou sans raison ?
    *
    Donc, même lorsqu'il faut terminer une page,
    C'est la fin d'une étape, et non pas du voyage :
    Car les routes jamais n'atteignent l'horizon.

Rédiger un commentaire

Théophile de VIAU

Portait de Théophile de VIAU

Théophile de Viau, né entre mars et mai 1590 à Clairac et mort le 25 septembre 1626 à Paris, est un poète et dramaturge français. Poète le plus lu au XVIIe siècle, il sera oublié suite aux critiques des Classiques, avant d’être redécouvert par Théophile Gautier. Depuis le XXe siècle, Théophile de Viau est défini... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto