Poème 'À la Bastille' de PhulanKile

À la Bastille

PhulanKile

Les flics et les états veulent la guerre sociale
Pour diriger, division, c’est comme s’intoxiquer au Saint Graal

Elle se fera, oui, avance l’heure, à armes égales
Il suffit de le boire pour le croire, ce calice fatal
servit par la police, milice du sombre capital

Qui, casqués, masqués, camouflés derrière le métal
s’enivrent de haine, crient à l’idéal, rendent la besogne féale.

Cela suffit! Cela ne peut plus durer
ils déclenchent des guerres que nous devons ignorer
par-devers pactes et idées -pénibles pensées à endurer.

***

Tu crois dans le devoir
Tu le vois comme l’unique horizon
Mais perçois que l’inique c’est l’Avoir
qui gouverne à sa façon.

De ta vie, il sonne l’oraison
De ton cri d’espoir perle une chanson
Celle que j’écris pour la floraison
Du tien, naîtra une autre révolution.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS