Poème 'Albatros' de martineau

Albatros

martineau

Où que frappait la proue
rugissait l’océan,
quand surgit en courroux
un bec ailé de blanc.

Le ciel était son nid
et les astres ses œufs,
et son aile infinie
fauchait l’écume bleue.

Malheur à qui tombait,
car tout crâne à fleur d’eau
était, à coups de bec,
évidé du cerveau.

L’oiseau se régalait
de cet organe gris,
d’autant qu’il ne pouvait
qu’en tirer de l’esprit !

Mais l’âme des humains
n’étant guère qu’un leurre,
l’albatros en chemin
perdit de la hauteur.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

martineau

Image de martineau

Nom : Martineau

Prénom : Philippe

Naissance : 08/04/1957

Présentation : Auteur de recueils (poésie, fable, aphorisme, etc...) au format électronique (PDF, EPUB et KINDLE), disponibles en ligne sur son site Web.

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS