Poème 'À l’envers' de Victor SEGALEN dans 'Stèles (du Milieu)'

À l’envers

Victor SEGALEN
Recueil : "Stèles (du Milieu)"

À l’envers du commun des hommes qui, dans leurs menus souhaits échangent des « Dix mille années »,

J’appelle avec vœux la clôture de la Grande Année du Monde, et qu’il s’endorme vite dans le chaos sans bonté.

À l’envers de leur nature les êtres alors agiront : l’eau brûlant, le feu noyant toute la chose et tout l’esprit.

o

Vienne cette heure renversée, la Douzième : son moment, qu’il me sera doux !

À l’envers de ma nature les désirs alors agiront :

Peut-être alors me sentirai-je bon parmi les principes à l’envers ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Un roi barbare a mis sa culotte à l’envers ;
    Or, l’évêque qui fut son ministre et son pote
    Ne craignit point de lui parler de sa culotte.
    À l’endroit, dit le roi, je la remets, mon cher.

    Le peuple qui fredonne à tort et à travers
    A fait sienne, depuis, la chanson rigolote
    Où l’on voit que ce roi n’avait rien d’un despote,
    Même s’il possédait un grand sabre de fer.

    Sa Majesté partait, pour chasser, dans la plaine,
    Mais rentrait au palais, en sueur, hors d’haleine,
    Ayant peur des lapins (et de bien d’autres choses).

    Quand le diable lui dit « Tu mourras aujourd’hui »,
    Il eût voulu qu’Eloi mourût au lieu de lui ;
    L’histoire ne dit pas s’il obtint gain de cause.

  2. Roi dérisoire
    ----------

    Je ne sais si j’ai mis ma couronne à l’envers,
    Je n’ai jamais compris dans quel sens ça se porte ;
    Cette question, sans doute, assez peu vous importe,
    Vous dont le noble chef est toujours découvert.

    Je vous prends à partie, c’est un de mes travers,
    Je suis un piètre roi qui fort mal se comporte ;
    Mais je ne me plains pas, mes sujets me supportent,
    Ils déposent chez moi du bois mort, en hiver.

    Je ne vais point chasser dans cette immense plaine
    Où sourit la bergère en ses habits de laine ;
    Je n’oserai jamais lui porter une rose.

    Je suis un vieux monarque au pouvoir bien réduit,
    Mon esprit n’est pas loin de sombrer dans la nuit ;
    Je m’occupe à tracer des vers et de la prose.

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS