Poème 'Allitérations' de Théophile GAUTIER dans 'Poésies nouvelles et inédites'

Allitérations

Théophile GAUTIER
Recueil : "Poésies nouvelles et inédites"

Imitées de celles du romancero

Monté sur son fidèle barbe,
Vêtu d’un albornoz d’azur,
Emblème d’amour et de foi,
Le vaillant Grenadin Gazul
Passait par la Vivarambla.
Il était si beau que chacun
Se retournait en le voyant.
À son balcon, Fatmé la brune
Prenait le frais avec ses femmes.
Le More au milieu de la rue
Arrêtant son cheval lancé,
Sur ses étriers d’or s’assure,
Et, se haussant jusqu’au balcon,
Dit : — Toi qui luis comme la lune
Au milieu des étoiles d’or
Fatmé, perle de la nature,
Fleur du Xénil et de l’Espagne,
Réponds à mes feux, je t’assure,
Par jour, trois têtes de chrétiens !
— Sur mes genoux, vaillant Gazul,
Pose la tienne chaque soir,
Et je te promets, sans parjure,
De t’adorer jusqu’au matin !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS