Poème 'En quittant Tolède' de Théophile GAUTIER dans 'Poésies libertines'

En quittant Tolède

Théophile GAUTIER
Recueil : "Poésies libertines"

Rodrigue dans le bain vit la Florinde un soir.
Elle jouait parmi ses compagnes charmées,
Avec sa jarretière, aux fermoirs de camées,
Mesurant ses appas, bien blancs quoiqu’il fît noir.

Pour ces appas l’Afrique envoya ses armées ;
Au-dessus de la Croix le croissant se fit voir ;
Rodrigue n’eut plus même une pierre où s’asseoir,
Le sang rassasia les plaines affamées.

Parce que la Florinde à l’honneur fit faux bond,
L’Arabe, violant les temples centenaires,
Fit manger sur l’autel son coursier vagabond.

Le con toujours causa ces luttes sanguinaires.
Si l’on en croit l’histoire et les dictionnaires,
Florinde l’avait brun, Hélène l’avait blond.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS