Poème 'Eté des vieilles joies' de Charles GUÉRIN dans 'Le sang des crépuscules'

Eté des vieilles joies

Charles GUÉRIN
Recueil : "Le sang des crépuscules"

Que ton souffle renaisse, Eté des vieilles joies,
Et ramène l’espoir et son divin cortège,
Et ravive l’écho de mes pas sur la grève
Où le vol des corbeaux et des rêves tournoie.

Car ma jeunesse s’empoussière aux vains grimoires,
Tant qu’elle sèche et peu à peu se désagrège,
Et l’automne, duègne ridée et sacrilège,
Vert-de-grise l’étang de mon âme et ses moires.

De la joie à pleines coupes et que j’en crie !
Je veux boire le sang changeant des pierreries
Et baigner d’or vivant mes paupières meurtries.

Eté, c’est l’heure ultime où reverdit l’écorce ;
Vers les marbres brisés le ver rampe et s’efforce,
Et le lierre funèbre enguirlande les torses.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS