Poème 'Le lait des chats' de Charles GUÉRIN dans 'Joies grises'

Le lait des chats

Charles GUÉRIN
Recueil : "Joies grises"

Les chats trempent leur langue rose
Au bord des soucoupes de lait ;
Les yeux fixés sur le soufflet,
Le chien bâille en songeant, morose.

Et tandis qu’il songe et repose
Près de la flamme au chaud reflet,
Les chats trempent leur langue rose
Au bord des soucoupes de lait.

Dans le salon, seul le feu glose ;
Mère-grand dit son chapelet,
Suzanne dort sur un ourlet,
Et dans le lait, paupière close,
Les chats trempent leur langue rose.

Poème préféré des membres

guillaumePrevel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ce joli petit poème est mis en musique:

    http://www.youtube.com/watch?v=169Es3zeVe8

  2. bonjour je voudrais savoir vp si il a quelqu'un qui porais m'xpliquer ce magnifique poème en quelque mots puisque j'ai un travail dessus et le fait que je ne le comprend pas ne me laisse pas avancé merci en avance :)

  3. Les éléphants trempent leur trompe
    Au bord du grand fleuve africain ;
    Et plongé dans un vieux bouquin,
    J'admire le jour qui s'estompe.
    *
    Mille animaux viennent qui pompent
    De quoi désaltérer chacun ;
    Les éléphants trempent leur trompe
    Au bord du grand fleuve africain.
    *
    C'est lundi, si je ne me trompe,
    Au labeur s'en vont les péquins ;
    Un pluvian gambade, taquin.
    Sans que rien ne les interrompe,
    Les éléphants trempent leur trompe.

  4. Grandeur du créquier
    ----------

    Cet arbre qui charmait la princesse d’Orange,
    Il en fut estimé autant qu’un souverain ;
    Dans la bise glaçante ou sous le ciel serein,
    Il se dresse au jardin, digne comme un archange.

    Nous récoltons ses fruits à la saveur étrange,
    Qu’on peut accompagner d’un vieil alcool de grain ;
    La petite princesse en offre à son parrain
    Qui plein de gratitude à son dessert les mange.

    Platon dit qu’il provient de nos lointains confins,
    De la grève sauvage où dansent les dauphins
    Qui veulent divertir l’ondine inassouvie.

    Heureux celui qui voit un créquier chaque jour
    Et se repose auprès de cet arbre de vie
    Qui de charmants oiseaux abrite les amours.

Trackbacks
  1. Rêve de renard | Pays de poésie

Rédiger un commentaire

Charles GUÉRIN

Portait de Charles GUÉRIN

Charles Guérin, né le 29 décembre 1873 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle), où il est mort, le 17 mars 1907 est un poète français. Il appartient à une grande dynastie d’industriels lorrains, propriétaire de la célèbre Faïencerie de Lunéville-Saint-Clément, connue aussi sous le nom Keller et Guérin. Au sein de sa... [Lire la suite]

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS