Poème 'Souvent, le front posé sur tes genoux…' de Charles GUÉRIN dans 'Le coeur solitaire'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Charles GUÉRIN > Souvent, le front posé sur tes genoux…

Souvent, le front posé sur tes genoux…

Charles GUÉRIN
Recueil : "Le coeur solitaire"

Souvent, le front posé sur tes genoux, je pleure,
Plus faible que ton coeur amoureux, faible femme,
Et ma main qui frémit en recevant tes larmes
Se dérobe aux baisers de feu dont tu l’effleures.

 » Mais, dis-tu, cher petit enfant, tu m’inquiètes ;
J’ai peur obscurément de cette peine étrange :
Quel incurable rêve ignoré des amantes
L’Infini met-il donc au coeur de ces poètes ?  »

Il ne faut plus parler, ma bien-aimée. Ah ! laisse…
La douceur de tes doigts à mes tempes me blesse.
Sache qu’il est ainsi d’immenses nuits d’étoiles

Où j’implore, malgré mon coeur, que tu t’éloignes,
Où ta voix, tes serments, ta bouche et ta chair nue
Ne font qu’approfondir ma détresse inconnue.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. === George Meredith voit des larmes ===
    *
    *
    *
    Mon coeur me dit que sans dormir ton âme pleure
    Quand d'une main ton beau visage en un sursaut
    Est effleuré (je sens qu'il mourut un sanglot
    Qui sombre murmurait dans le lit tout à l'heure),
    *
    C'est un petit serpent qu'on étrangle. Oh, qu'il meure !
    Ce serpent est mortel pour l'auteur de ces mots.
    Dans l'immobilité tu écoutes le flot
    Dont les coeurs qui sont sourds à minuit savent l'heure
    *
    Du milieu divisant la mémoire et les larmes,
    Buvant le gris et sourd et lent poison qui bat
    Une lourde mesure au sommeil sans ébats,
    Contemplateur des ans qui moururent sans charme.
    *
    Un vain regret pourtant qui ces deux coeurs désarme
    Les fixe sur le mur, où ils semblent des bas-
    Reliefs, ou des gisants qui ne se touchent pas :
    Une épée gît entre eux, mais mourir de cette arme ?

Rédiger un commentaire

Charles GUÉRIN

Portait de Charles GUÉRIN

Charles Guérin, né le 29 décembre 1873 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle), où il est mort, le 17 mars 1907 est un poète français. Il appartient à une grande dynastie d’industriels lorrains, propriétaire de la célèbre Faïencerie de Lunéville-Saint-Clément, connue aussi sous le nom Keller et Guérin. Au sein de sa... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto