Poème 'Fête d’hiver' de Arthur RIMBAUD dans 'Illuminations'

Fête d’hiver

Arthur RIMBAUD
Recueil : "Illuminations"

La cascade sonne derrière les huttes d’opéra-comique. Des girandoles prolongent, dans les vergers et les allées voisins du Méandre, — les verts et les rouges du couchant. Nymphes d’Horace coiffées au Premier Empire, — Rondes Sibériennes, Chinoises de Boucher.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Danseur nocturne
    ---------------------

    Un korrigan, quittant sa maison souterraine,
    Heureux de ne trouver nulle présence humaine,
    Boit le rouge et le vert du lumineux couchant
    Pendant que les grillons méditent dans les champs.

    Il croit voir mille corps, modèles pour Boucher,
    Mais le seul pèlerin que l’on voit déboucher
    À l’orée du bosquet, de son pas débonnaire,
    C’est, bien modestement, notre ami Piaf-Tonnerre.

Rédiger un commentaire

Arthur RIMBAUD

Portait de Arthur RIMBAUD

Arthur Rimbaud (Jean Nicolas Arthur Rimbaud) est un poète français, né le 20 octobre 1854 à Charleville, dans les Ardennes, et mort le 10 novembre 1891 à l’hôpital de la Conception à Marseille. Lycéen brillant et poète précoce, Arthur Rimbaud excelle dans les compositions latines, parmi lesquelles on trouve ses plus... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto