Poème 'Je ne suis pas de ceux pour qui les causeries…' de Charles-Augustin SAINTE-BEUVE dans 'Vie, Poésies et Pensées de Joseph Delorme'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Charles-Augustin SAINTE-BEUVE > Je ne suis pas de ceux pour qui les causeries…

Je ne suis pas de ceux pour qui les causeries…

Charles-Augustin SAINTE-BEUVE
Recueil : "Vie, Poésies et Pensées de Joseph Delorme"

IMITÉ DE WORDSWORTH.

Je ne suis pas de ceux pour qui les causeries,
Au coin du feu, l’hiver, ont de grandes douceurs ;
Car j’ai pour tous voisins d’intrépides chasseurs,
Rêvant de chiens dressés, de meutes aguerries,

Et des fermiers causant jachères et prairies,
Et le juge de paix avec ses vieilles sœurs,
Deux revêches beautés parlant de ravisseurs,
Portraits comme on en voit sur les tapisseries.

Oh ! combien je préfère à ce caquet si vain,
Tout le soir, du silence, — un silence sans fin ;
Être assis sans penser, sans désir, sans mémoire ;

Et, seul, sur mes chenets, m’éclairant aux tisons,
Écouter le vent battre, et gémir les cloisons,
Et le fagot flamber, et chanter ma bouilloire !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Feuille détachée
    ----------

    La feuille est sur le sol, elle n’est pas flétrie,
    Qui, tombant l’autre jour, s’est posée en douceur ;
    Elle eut le temps de dire au revoir à ses soeurs
    Avant de s’exiler vers une autre patrie.

    Vent, vas-tu l’emporter ver la lande fleurie ?
    Lui feras-tu goûter du marais la noirceur ?
    Quand il faut se remettre aux mains de ce passeur,
    On s’en va vers les lieux dont il a seigneurie.

    De ces divers endroits, jamais nul ne revint,
    Ni de l’obscur étang, ni du profond ravin ;
    Des absentes, pourtant, les arbres ont mémoire.

    Ainsi va l’univers, en sa noble raison,
    Les feuilles en plein air, les gens dans leurs maisons ;
    Et quelques vieux sonnets, tout au fond d’une armoire.

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS