Poème 'L’automne sourit' de PhulanKile dans 'Le rythme des saisons'

L’automne sourit

PhulanKile
Recueil : "Le rythme des saisons"

Sans y crier gare,
Les jours se fanent et se gâte la météo,
Les hommes s’en retournent hagards
dans le brouillard du métro,
La mauvaise humeur se répandant comme la pluie.
Comme la fleur se fane en réalité
Etant souligné par la récolte des fruits,
Du raisin, et des pêchers.
Le rythme des saisons entame ainsi sa route
Lorsque les habitants de Bagdad et de Bassora,
De Libreville et de Gaza,
Du Zaïre et du Libéria, doutent
Et n’ont que faire de ce temps là.
Les êtres gris n’en ont que faire
Déjà ils vivent l’Enfer
Entre boulot et problèmes d’atmosphère
Ils se débattent et oublient hier
N’agissent plus ni ne se prennent en main
Et ne voient plus du lendemain
Que le froid labeur du gris chagrin
Et ruinent le présent
Dans l’inaction du temps.

Vendredi 19 septembre 2003, De la vertu 211

Poème préféré des membres

VictorNerudisto a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS