Poème 'L’autre nuit, je veillais dans mon lit sans lumière…' de Charles-Augustin SAINTE-BEUVE dans 'Les Consolations'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Charles-Augustin SAINTE-BEUVE > L’autre nuit, je veillais dans mon lit sans lumière…

L’autre nuit, je veillais dans mon lit sans lumière…

Charles-Augustin SAINTE-BEUVE
Recueil : "Les Consolations"

L’autre nuit, je veillais dans mon lit sans lumière,
Et la verve en mon sein à flots silencieux
S’amassait, quand soudain, frappant du pied les cieux,
L’éclair, comme un coursier à la pâle crinière,

Passa ; la foudre en char retentissait derrière,
Et la terre tremblait sous les divins essieux :
Et tous les animaux, d’effroi religieux
Saisis, restaient chacun tapis dans leur tanière.

Mais moi, mon âme en feu s’allumait à l’éclair ;
Tout mon sein bouillonnait, et chaque coup dans l’air
À mon front trop chargé déchirait un nuage.

J’étais dans ce concert un sublime instrument ;
Homme, je me sentais plus grand qu’un élément,
Et Dieu parlait en moi plus haut que dans l’orage.

Août 1829.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Aigle-lion
    ----------

    L'aigle-lion, m'a-t-on dit, se nourrit de lumière ;
    Durant tout son repas, il est silencieux,
    Savourant le délice octroyé par les cieux,
    S'efforçant de ne pas y tremper sa crinière.

    Nous pouvons l'admirer; assis sur son derrière ;
    Ses deux visages sont d'un aspect radieux,
    À les voir, j'en deviens presque religieux,
    Puis, je vois l'aigle-lion rentrer dans sa tanière.

    Mais au goûter, parfois, il dévore un éclair,
    Draguant les pâtissiers, sans trop en avoir l'air,
    Proposant un séjour sur un coin de nuage.

    Si j'étais musicien, j'aurais un instrument
    Pour chanter à loisir ce roi des éléments,
    Ce maître des photons, ce seigneur de l'orage.

Rédiger un commentaire

Charles-Augustin SAINTE-BEUVE

Portait de Charles-Augustin SAINTE-BEUVE

Charles-Augustin Sainte-Beuve est un critique littéraire et écrivain français, né le 24 décembre 1804 à Boulogne-sur-Mer et mort le 13 octobre 1869 à Paris. Né à Moreuil le 6 novembre 1752, le père de l’auteur, Charles-François Sainte-Beuve, contrôleur principal des droits réunis et conseiller municipal à... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto