Poème 'La dette' de julien06

La dette

julien06

Tant que l’air n’est pas breveté
Les pauvres pourront respirer.
Flâner n’est pas coté en bourse,
Dimanche je ferai les courses.

Des ogres du CAC 40
Au boucher social du MEDEF
Il faut combler les attentes,
Les exigences de nos chefs.

Epuiser chaque ouvrier ,
Effacer la classe moyenne
Mais ne vous arrêtez jamais
Faut entretenir la reine.

Exploiter labeur et sueur,
Spéculer sur la misère,
Niche fiscale, secret bancaire,
Prolétariat dans la douleur.

Les travailleurs , les immigrés,
De vulgaires marchandises
Au service, quoi qu’on en dise
D’aristocrates sans pitié.

Ceux-la fuiront sur une île
Où les capitaux sont au chaud
Quand la dette rompra le dos
De ceux qui aiment leur pays.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS