Poème 'La maison dort' de Charles GUÉRIN dans 'Le sang des crépuscules'

La maison dort

Charles GUÉRIN
Recueil : "Le sang des crépuscules"

La maison dort au coeur de quelque vieille ville
Où des dames s’en vont, lasses de bonnes oeuvres,
S’assoupir en suivant l’office de six heures,
Ville où le rouet gris de l’ennui se dévide.

Dans la cour un bassin où pleurent les eaux vives
D’avoir vu verdir les Tritons et d’être seules.
Et la maison laisse gémir les eaux jaseuses ;
Ses yeux sont noirs où s’avivaient jadis les vitres,

Et, vers le soir, les cuivres du soleil s’éteignent
Sur les plafonds tendus de terreuses dentelles
Qu’un coup de vent parfois tord comme des écharpes.

Les mites ont aimé dans les tentures ternes ;
Aussi, charme décoloré des chambres, charme
Des rêves qu’on a trop songés et qui se taisent.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS