Poème 'La maison sans enfants' de Orange84

Accueil > Les membres > Page de poésie de Orange84 > La maison sans enfants

La maison sans enfants

Orange84

La chambre se souvient d’un temps d’exubérance
Quand chantaient tant de voix aux jours des souvenirs,
Ces cris d’adolescents et ces menus plaisirs
Lorsque souvent régnait la désobéissance.

Même les vieux tableaux, tout pleins de bienveillance,
Fermaient souvent les yeux devant tous ces loisirs
Qui transformaient la pièce en un beau champ de tirs,
Mettant au désespoir ma belle tolérance.

Maintenant ils sont loin de tout ce temps lointain,
Mes très chers garnements que je recherche en vain
Dans tous ces papiers peints à l’aspect dérisoire.

Alors, je me dis là, face à mes descendants,
Eux les plus beaux témoins de ma plus douce histoire,
Elle est triste soudain, la maison sans enfants.

Poème préféré des membres

FAB a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Votre nostalgie est douce à entendre. Merci

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS