Poème 'La Poésie' de Amable TASTU dans 'Poésies'

La Poésie

Amable TASTU
Recueil : "Poésies"

À mademoiselle M.-A. Nodier


Enivrons-nous de poésie

…………………………
Elle est un reste d’ambroisie
Qu’aux mortels ont laissé les Dieux.
BERANGER

Déjà tu la connais, tu grandis sous son aile,
Jeune enfant aux yeux noirs ; demeure-lui fidèle :
Les fils de l’Hélicon, de leurs plus doux accords,
A tes heureuses mains ont livré les trésors.
Mais toi, brillant rameau d’une tige choisie,
Féconde, et dès long-temps chère à la poésie,
N’as tu point entendu ses accens immortels ?
N’as-tu point en secret encensé ses autels ?
Oh ! que son culte est pur, que sa voix est puissante,
Quand elle instruit tout bas une muse naissante !
Alors l’ardent espoir d’un succès incertain,
Ou l’inquiet souci d’un avenir lointain,
Sont ignorés encore ; et l’âme qu’elle inspire
Est émue ou calmée au seul son de la lyre.
Tout lui parle, la touche, et fait naître ses chants,
Le réveil d’une fleur, parure de nos champs,
La plainte d’un oiseau, sous l’ombrage égarée,
Les feux tremblans, épars dans la voûte azurée,
Et 1’automne, où la terre est prête à s’assoupir,
Où les vents à son deuil mêlent un long soupir,
Et les feuilles des bois, aux premières gelées,
En légers tourbillons dans les airs envolées.
Vagues émotions, doux et rêveurs loisirs,
Le poète chérit vos innocens plaisirs !
C’est alors que parfois, au souffle de la muse,
Apparaît tout à coup une image confuse ;
Sa beauté, par degrés dévoilée à nos yeux,
Se revêt mollement d’un vers harmonieux,
Et la rime bientôt, sonore et cadencée,
S’éveille, et sans effort s’enchaîne à la pensée.
Qu’il est doux de sentir le mètre obéissant
Environner, saisir, presser d’un mot puissant
Un son parti du cœur, une note attendue,
Mais que, l’oreille encor n’avait pas entendue !
Jeune fille, à ces mots tu souris, je le vois ;
Sans plier ton esprit à de bizarres lois,
D’un langage inspiré tu connaîtras l’ivresse :
De poétiques fleurs couronnent ta jeunesse,
Mais une main plus chère a su te les cueillir :
Des travaux paternels tu peux t’enorgueillir.
Toi qui des monts d’Ecosse as gardé la mémoire,
Et du lutin d’Argail sais la touchante histoire,
Le charme des succès ne t’est point étranger ;
Mais tu l’auras goûté sans peine et sans danger.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Celui qui va lisant, écoutant un poème,
    Quelquefois, il met tout son être en vibration,
    De l'auteur il reprend les interrogations,
    Le coeur du lecteur bat plus fort quand l'auteur aime.
    *
    Car l'auteur d'un écrit n'est pas juste lui-même,
    C'est son clan, son village ou sa génération,
    Ses ancêtres lointains, toute la création
    Ayant mis dans son coeur et ses mots et ses thèmes.
    *
    Une culture écrit quand l'homme prend la plume.
    Le paysan breton écrit avec sa brume,
    Celui de la Provence avec le bel azur.
    *
    J'écris d'abord pour toi, si lointaine et si proche,
    Ma muse, mon amour, ma joie et mon reproche;
    Mais ce n'est pas secret, c'est écrit sur un mur.

Rédiger un commentaire

Amable TASTU

Portait de Amable TASTU

Amable Tastu, née Sabine Casimire Amable Voïart à Metz le 31 aout 1798 et morte le 10 janvier 1885, est une écrivaine française. Elle est la fille de Fille de Jacques-Philippe Voïart et de Jeanne-Amable Bouchotte. Elle épouse Joseph Tastu, éditeur, et qui publiera son principal livre, « Poésies », en 1826.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto