Poème 'Lai de la Mort d’Amour' de Amable TASTU dans 'Poésies'

Lai de la Mort d’Amour

Amable TASTU
Recueil : "Poésies"

Cy gist amors qui bien amer faysoit,
Li faulx amans l’ont jeté hors de vie ;
Amors vivant n’est rien que tromperie :
Por franc amors priez Dieu, s’il vos plaist.
THIBAUD, roi de Navarre.

Merci, gentilles Jouvencelles,
M’avez reçu dans le châtel.
Soyez-tendres autant que belles,
Saurez les chants du ménestrel ;
Les retins de mon noble maître,
Car ai tout appris dans sa cour ;
Vous conterai LA MORT D’AMOUR,
Et vous verrai plorer peut-être !

N’est plus Amour qui bien aimer faisait,
Les faux amans l’ont jeté hors de vie ;
Amour vivant n’est rien que tromperie :
Pour franc Amour priez Dieu, s’il vous plaît !

Que franc Amour avait de charmes !
Quel éclat brillait dans ses yeux !
De sa mort n’avais point d’alarmes,
Le croyais au nombre des Dieux.

L’une de vous pourrait connaître
Que n’ai point flatté le portrait ;
Ne veux pas trahir son secret,
Mais la verrai rougir peut-être.

N’est plus Amour qui bien aimer faisait,
Les faux amans l’ont jeté hors de vie ;
Amour vivant n’est rien que tromperie :
Pour franc Amour priez Dieu, s’il vous plaît !

Las ! bientôt, malgré sa jeunesse,
Il sentit la faux du trépas ;
Accablé d’ennuis , de tristesse ,
Amour s’éteignait dans mes bras.
Voyais sa force disparaître,
Ses traits se faner et pâlir ;
Un oubli le faisait mourir,
Un regard l’eût sauvé peut-être !

N’est plus Amour qui bien aimer faisait,
Les faux amans l’ont jeté hors de vie ;
Amour vivant n’est rien que tromperie :
Pour franc Amour priez Dieu, s’il vous plaît !

Mis en bûcher lettre amoureuse,
Sermens félons, trompeurs aveux,
L’azur d’une écharpe menteuse,
Bouquets flétris et blonds cheveux ;

L’astre du soir vint à paraître,
Y portai les restes d’Amour.
Alors, pour le priver du jour,
Mes pleurs auraient suffi peut-être !

N’est plus Amour qui bien aimer faisait,
Les faux amans l’ont jeté hors de vie ;
Amour vivant n’est rien que tromperie :
Pour franc Amour priez Dieu, s’il vous plaît !

Dans un bocage solitaire
S’élève la tombe d’Amour ;
On verra naïve bergère
Yrêver au déclin du jour.
Puisse un cœur inconstant et traître
Dans ce lieu passer un moment !
Sur l’albâtre du monument
En soupirant lira peut-être :

« Ci-gît Amour qui bien aimer faisait,
Les faux amans l’ont jeté hors de vie ;
Amour vivant n’est rien que tromperie :
Pour franc Amour priez Dieu, s’il vous plaît ! »

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Amable TASTU

Portait de Amable TASTU

Amable Tastu, née Sabine Casimire Amable Voïart à Metz le 31 aout 1798 et morte le 10 janvier 1885, est une écrivaine française. Elle est la fille de Fille de Jacques-Philippe Voïart et de Jeanne-Amable Bouchotte. Elle épouse Joseph Tastu, éditeur, et qui publiera son principal livre, « Poésies », en 1826.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto