Poème 'Ma Sibérie' de Claudel

Ma Sibérie

Claudel

Le boisé assis sur ses racines gelées
Sourit au printemps qui brette* et tarde à venir.
Ses coulées défraîchies aux pistes morcelées
Trahissent la faune résolue à dormir.

Marchant dans un sentier de neige fraîche et folle,
Je souris à la vie dans mon Québec tout blanc.
À l’hiver froid qui me souffle, je batifole
Sifflant au vent du nord glacé et insolent.

Devant moi, sur une branche cassée, à l’aise,
Une mésange me chante son chant joyeux
Perçant ce vent fret* de mon beau pays neigeux.

Sa beauté m’éblouit, son harmonie m’apaise.
Tiens, l’oiseau s’envole ; le silence revient.
Ah, mon âme chavire et mon cœur se souvient* !

* Brette (québécois et familier) verbe bretter – prendre son temps
* Fret (québécois et familier) froid
* « Je me souviens » est la devise du Québec

Tous droits réservés © Claude Lachapelle / septembre 2021

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ces mots et ces images ravivent tout ce que j'aime tant aussi au Québec. Merci.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS