Poème 'Le dormeur' de Rainer Maria RILKE dans 'Tendres impôts à la France'

Le dormeur

Rainer Maria RILKE
Recueil : "Tendres impôts à la France"

Laissez-moi dormir, encore… C’est la trêve
pendant de longs combats promise au dormeur ;
je guette dans mon coeur la lune qui se lève,
bientôt il ne fera plus si sombre dans mon coeur.

Ô mort provisoire, douceur qui nous achève,
mesure de mes cimes, très juste profondeur,
limbes de tout mon sang, et innocence des sèves,
dans toi, à sa racine, ma peur même n’est pas peur.

Mon doux seigneur Sommeil, ne faites pas que je rêve,
et mêlez en moi mes ris avec mes pleurs ;
laissez-moi diffus, pour que l’interne Ève
ne sorte de mon flanc en son hostile ardeur.

Poème préféré des membres

EnfantdeNovembre a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Que nul ne soit contraint à combattre sans trêve,
    Maint travail se prépare au souffle du dormeur ;
    Et s'il ne perçoit pas ce qui, en lui, se lève,
    Au moment opportun il l'aura dans son coeur.
    * * *
    Laissez-le s'incliner dans son temps qui s'achève,
    Laissez-le découvrir une autre profondeur.
    Puisqu'il n'a plus en lui de de la froide sève,
    Épargnez-lui l'effort, épargnez-lui la peur.
    * * *
    Peut-être cette vie n'est-elle aussi qu'un rêve
    Et que de faux objets alimentent nos pleurs.
    Peut-être, ni Adam, ni le serpent, ni Ève
    N'ont encore animé l'Eden de leurs ardeurs.

Rédiger un commentaire

Rainer Maria RILKE

Portait de Rainer Maria RILKE

Rainer Maria Rilke (de son nom patronymique René Karl Wilhelm Johann Josef Maria Rilke) est un écrivain autrichien, né le 4 décembre 1875 à Prague, mort le 30 décembre 1926 à Montreux, en Suisse. Il vécut à Veyras de 1921 à sa mort. Il est surtout connu comme poète, bien qu’il ait également écrit un roman, « Les... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto