Poème 'Le Roy' de Paul SCARRON

Le Roy

Paul SCARRON

Le plus aymable Roy de tous les Roys du monde,
Si charmant et si beau qu’entre tous ses sujets
S’il s’en peut rencontrer qui soient assez bien faits
Pour avoir de son air, je veux que l’on me tonde,

Ce Roy donc que je dis, en qui seul tout abonde,
Dont l’Esprit chaque jour fait acquests et conquests,
Dont le Coeur est si grand, enfin dont les hauts faits
Feront un grand fracas sur la terre et sur l’onde,

Peuples ! c’est vostre Roy ; c’est un franc demy-Dieu ;
C’est luy qui donnera la paix en temps et lieu.
Ne nous venez donc plus prôner vostre misere ;

Celebrez le feu Roy qui l’a sceu faire tel,
Et baisez-en les mains à Madame sa Mere
Qui, par ce beau chef-d’oeuvre, est digne d’un Autel.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Lorsqu'il veut s'amuser, Scarron se fout du monde ;
    Le roi même, en ce cas, sera pris pour sujet,
    Comme nous pouvons voir aux madrigaux qu'il fait
    Ou à d'autres chansons (les exemples abondent).

    Le roi ne s'en fait pas, ne tonne ni ne gronde,
    Il est même flatté d'être mis en sonnet
    Par un subtil auteur, qui vraiment s'y connaît,
    Donnant à ses lecteurs jubilation profonde.

    Il sait qu'il n'est qu'un roi, ne se prend point pour Dieu,
    Qu'il lui faut du papier quand il se rend aux lieux,
    Que son corps est en proie à bien d'autres misères ;

    Un monarque, il le sait, n'est pas un immortel.
    Il a vu le cercueil où reposait son père
    Et les pleurs de sa mère approchant de l'autel.

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto