Poème 'Les rues et les verres vides' de Odilon-Jean PÉRIER dans 'Le promeneur'

Les rues et les verres vides

Odilon-Jean PÉRIER
Recueil : "Le promeneur"

Les rues et les verres vides
La grande fraîcheur des mains
Rien de cassé Rien de sali Rien d’inhumain

Cordialement bonjour, bonsoir
Je suis paresseux tu vois
En bonne santé

A la santé du paysage
L’amateur de rues aérées
Si vous voulez que je vous aime
Ouvrez des mains immaculées

Je ne suis pas désaltéré.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Après la beuverie
    -------------------------

    Le rhapsode avait bu à des santés diverses ;
    Il se retrouva sous l'averse ;

    Tout le Quartier Latin n'était plus qu'un ruisseau,
    L'eau du ciel tombait à grands seaux.

    Levant alors les yeux vers les sombres nuages :
    « Ai-je commandé ce breuvage ? »

    « Rien, répondit le ciel, n'est à dramatiser :
    Tu te fais juste baptiser ».

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS