Poème 'Le feu me dévore' de Jacques PREVEL dans 'Textes en prose inédits'

Le feu me dévore

Jacques PREVEL
Recueil : "Textes en prose inédits"

Le feu me dévore quand le froid ne me hurle pas jusqu’à l’os
et je tombe des heures entières dans une catalepsie où la démence
de mes rêves installe un autre enfer.

30 Avril 1947

Poème préféré des membres

guillaumePrevel et VVAL ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS